La France orthodoxe   russe   accueil   w@p   e-mail   
 
Église Sainteté Pèlerinage Galerie Forums Liens

 ......... Galerie

Vers la liste de rubriques »

Saint Denis, premier évêque de Paris
 

agrandir
Le tombeau du roi Clovis à la basilique Saint-Denis. Le premier roi des Francs Clovis après s'être converti au christianisme transféra la capitale de son État à Paris à cause principalement de la vénération de Saint Denis et Sainte Geneviève.
 
 
 

agrandir
La basilique catholique du Sacré-Cœur fut bâtie au tournant des XIX-XX siècles sur la colline nommée Montmartre ce qui signifie Mont des Martyrs . Daprès la tradition ecclésiastique ce fut bien ici quau 1er siècle après J.-C. souffrirent pour le témoignage chrétien saint Denis lAréopagite et ses compagnons saints Rustique et Eleuthère.
 
 
 

agrandir
La basilique du Sacré-Cœur. Construite sur Monmartre lendroit où saint Denis lAréopagite, premier évêque de Paris, et ses compagnons saints Rustique et Eleuthère furent décapités pour le témoignage chrétien.
Yann ARTHUS-BERTRAND/ALTITUDE Editions "GUY"
 
 
 

agrandir
La basilique catholique de Saint-Denis au nord de Paris. Cest ici que furent enterrés saints Denis, Rustque et Eleuthère. Un simple oratoire en bois occupait cet endroit pendant longtemps. La première basilique fut construite grâce aux efforts de sainte Geneviève. Les reliques des martyrs se trouvent derrière le maître-autel de léglise. Pendant des siècles la basilique servit de nécropole pour la dynastie royale française.
18/12/1998
 
 
 

agrandir
Les reliques de saints Denis, Rustique et Eleuthère à la basilique parisienne de Saint-Denis.
©
 
 
 

agrandir
Les fouilles à la basilique de Saint-Denis ont mis au jour les fondements dune basilique ancienne et les tombes hypothétiques de saints martyrs.
 
 
 

agrandir
Et après la mort de saint Denis Dieu fit un glorieux miracle. Le corps du saint bien que décapité se mit debout grâce à la force de Dieu et après avoir pris sa tête marcha environ six kilomètres jusquun village qui fut par la suite nommé Saint-Denis. Là, après avoir donné sa tête à une femme pieuse nommée Catulla, originaire de la noblesse romaine, il tomba par terre en indiquant ainsi lendroit où la sainte dépouille devait être ensevelie .
 
 
 

agrandir
Statue de saint Denis sur la façade de Notre-Dame-de-Paris le représentant avec sa tête aux mains.
23/08/2002
 
 
 

agrandir
Selon une tradition un ruisseau coulait de la colline Montmartre le long de la rue Girardon dans les eaux duquel saint Denis lava sa tête coupée avant de lemporter à lendroit de son repos éternel.
©
 
 
 

agrandir
Icône grecque de saint Denis lAréopagite.
 
 
 

agrandir
Fresque de saint Denis lAréopagite. Théophane le Grec. Église de la Transfiguration de la rue Ilyina, Novgorod (1378).
 
 


Martyrs de Lyon
 

agrandir
Saint martyr Pothin, évêque de Lyon († 177). Fresque de la chapelle de la Dormition de la Mère de Dieu (Drôme).
22/08/2003
 
 
 

agrandir
Sainte martyre Blandine de Lyon († 177). Fresque de la chapelle de la Dormition de la Mère de Dieu (Drôme).
22/08/2003
 
 
 

agrandir
Saint martyr Irénée, évêque de Lyon († 202). Fresque de la chapelle de la Dormition de la Mère de Dieu (Drôme).
22/08/2003
 
 
 

agrandir
Lyon. Amphithéâtre des Trois-Gaules. Selon la dédicace découverte au fond d'un puits en 1958, ce lieu vénérable fut construit en 19 av. J.-C. par Rufus afin de réunir les délégués des soixante tribus gauloises. Agrandi sous l'empereur Hadrien, il connut une triste notoriété sous Marc Aurèle en devenant le lieu de supplice des 43 martyrs chrétiens de Lyon et de Vienne, au nombre desquels figurent saints Pothin, Blandine, Sanctus, Maturus et Attale qui y périrent en 177.
30/06/2004
 
 
 

agrandir
Lyon. Amphithéâtre des Trois-Gaules. Le lieu de supplice des 43 martyrs chrétiens de Lyon et de Vienne, au nombre desquels figurent saints Pothin, Blandine, Sanctus, Maturus et Attale qui y périrent en 177.
30/06/2004
 
 


Ste Geneviève de Paris
 

agrandir
L'abbaye Sainte-Geneviève autrefois. La châsse de la sainte y est conservée jusqu'à nos jours. L'église Saint-Étienne-du-Mont abrite aussi un morceau de ses reliques qui furent brûlées sur la place de Grève pendant la sanglante Révolution française.
 
 
 

agrandir
L'Île de la Cité centre de Paris fut aux temps anciens le centre de la cité romaine de Lutèce. C'est ici qu'à la fin du Ve début du VIe siècle, Sainte Geneviève accomplissait ses exploits. Au premier plan, l'île Saint-Louis. Rive droite: le palais du Louvre, le jardin des Tuileries, la place de la Concorde, l'avenue des Champs-Elysées, et au fond, l'arc de triomphe de l'Etoile.
© Thomas d'Hoste Editions "Guy"
 
 
 

agrandir
Le tombeau du roi Clovis à la basilique Saint-Denis. Le premier roi des Francs Clovis après s'être converti au christianisme transféra la capitale de son État à Paris à cause principalement de la vénération de Saint Denis et Sainte Geneviève.
 
 
 

agrandir
L'église catholique Saint-Étienne-du-Mont faisait partie d'une abbaye située sur le mont Sainte-Geneviève.
25/10/1998
 
 
 

agrandir
L'église Saint-Étienne-du-Mont abrite la châsse de Sainte Geneviève renfermant son tombeau qui fut sorti du sous-sol de l'église après la Révolution. Elle abrite également un morceau de ses reliques (une phalange) qui fut recueilli par l'église après que les reliques de la sainte patronne de Paris furent brûlées par la foule révoltée.
25/10/1998
 
 
 

agrandir
Coffret avec les reliques de sainte Geneviève. A droite, on aperçoit une icône de sainte Geneviève et de saint Syméon le Stylite offerte par les orthodoxes.
,
 
 
 

agrandir
La châsse contenant le tombeau de sainte Geneviève de Paris dans l'église St-Etienne-du-Mont.
 
 
 

agrandir
Vitrail de l'église Saint-Étienne-du-Mont représentant les scènes de la vie de Sainte Geneviève de Paris.
25/10/1998
 
 
 

agrandir
La paroisse parisienne Notre-Dame-Joie-des-Affligés et Sainte-Geneviève de l'Église Orthodoxe Russe placée. Fondée en 1935 par le père Mikhaïl Belsky.
 
 
 

agrandir
La construction de l'église Sainte-Geneviève débuta en 1758 sous Louis XV. La nouvelle église devait remplacer lancienne bâtisse à demi détruite. Pourtant, le chantier ne fut achevé qu'en 1812. Pendant la Révolution, il a été décidé de transformer l'église en panthéon des grands hommes de la France. C'est ici que furent inhumés Voltaire, Rousseau, Marat, Hugo, Zola, les époux Curie, etc.
CybeVasion.com
 
 
 

agrandir
A l'intérieur du Panthéon, des fresques représentant les épisodes de la vie de sainte Geneviève sont toujours visibles. À gauche du Panthéon, on aperçoit l'église Saint-Étienne-du-Mont.
25/10/1998
 
 
 

agrandir
Le Mont Sainte-Geneviève peut être vu depuis la Seine et est dominé par l'église Saint-Étienne-du-Mont qui fit partie de l'abbaye Sainte-Geneviève, et par le Panthéon, initialement construit comme nouvelle église dédiée à la sainte patronne de Paris.
13/12/1998
 
 
 

agrandir
L'icône de Ste Geneviève de Paris par moine Grégoire (Krug).
 
 


St Martin le Miséricordieux, évêque de Tours
 

agrandir
Icône de Saint Martin le Miséricordieux, évêque de Tours.
Dr. Elizabeth Hudgins
 
 
 

agrandir
Tours. Icône de saint Martin de la basilique Saint-Martin-de-Tours peinte à l'atelier Saint-Jean-Damascène (Drôme).
© Basilique Saint-Martin
 
 


St Remi, évêque de Reims
 

agrandir
Miracles de Saint Remi, évêque de Reims.
© Le Musée de Picardie
 
 


Ste impératrice Hélène, égale aux apôtres
 

agrandir
La fresque représentant le saint empereur Constantin et sa mère l'impératrice Hélène. Novgorod. Cathédrale Sainte-Sophie. XIe siècle.
 
 
 

agrandir
L'église catholique Saint-Leu-Saint-Gilles (N 92, rue Saint-Denis) où les reliques saintes de l'impératrice Hélène furent découvertes, un évènement tout à fait inattendu pour les orthodoxes.
04/10/1998
 
 
 

agrandir
L'intérieur de l'église catholique Saint-Leu-Saint-Gilles avant la célébration d'un molébène orthodoxe (Te Deum).
 
 
 

agrandir
Avant que les orthodoxes, bientôt suivis par les catholiques, vinrent adorer les reliques de sainte Hélène, la châsse qui les contenait a été placée pendant longtemps au-dessus du maître-autel de l'église. Maintenant elle est conservée dans une crypte aménagée au-dessous de l'autel, et tous les fidèles peuvent recourir à la grâce de la sainte dépouille de cette sainte glorifiée par Dieu.
 
 
 

agrandir
La châsse contenant les reliques de Ste Hélène est conservée dans une crypte aménagée au-dessous de l'autel de l'église St-Leu-St-Gilles.
23/08/2002
 
 
 

agrandir
Le molébène orthodoxe devant les reliques saintes de l'impératrice Hélène présidé par archevêque Serge d'Eucarpie, exarque du Patriarcat de Constantinople pour les églises russes de l'Europe Occidentale, en concélébration avec le clergé de Patriarcats de Constantinople et de Moscou.
 
 
 

agrandir
L'icône de sainte Hélène offerte par les orthodoxes à l'église Saint-Leu-Saint-Gilles.
 
 
 

agrandir
Archevêque d'Eucarpie Serge (Konovalov) et diacre Nicolas Nikichine après la célébration dun molébène à la sortie de l'église Saint-Leu-Saint-Gilles.
 
 


Le chef de saint Jean Baptiste dans la cathédrale d'Amiens
 

agrandir
La cathédrale Notre-Dame domine la ville d'Amiens. Vue du nord-ouest.

Le site créé par l'Université Columbia est consacré à l'histoire et l'architecture de la cathédrale.
14/11/1998
 
 
 

agrandir
La cathédrale catholique Notre-Dame d'Amiens. La construction débuta en 1220 peu après que le chef de saint Jean le Précurseur fut rapporté de Constantinople ravagée par les croisés. La façade flanquée de tours-clochers fut érigée aux XIV-XVe siècles.
by S.P.A.D.E.M. Editions d'art Yvon
 
 
 

agrandir
La façade de la cathédrale lors les travaux de restauration.
14/11/1998
 
 
 

agrandir
Notre-Dame d'Amiens. Vue du sud.
14/11/1998
 
 
 

agrandir
Notre-Dame d'Amiens. Vue du sud-est. Dans le coin droit au bas de la photo, on aperçoit un monument consacré à un des idéologues des croisades.
14/11/1998
 
 
 

agrandir
Le déambulatoire de Notre-Dame d'Amiens qui mène au reliquaire renfermant le chef de saint Jean-Baptiste.
14/11/1998
 
 
 

agrandir
Tristes souvenirs. Pendant la Seconde guerre mondiale, la ville dAmiens a été pratiquement entièrement détruite. La cathédrale Notre-Dame d'Amiens a survécu grâce aux prières de saint Jean.
14/11/1998
 
 
 

agrandir
Le chef du saint et glorieux Prophète, Précurseur et Baptiste Jean. Après la conquête de Constantinople par les croisés, cette relique est conservée depuis 1206 à Notre-Dame d'Amiens, dans le nord de la France.
14/11/1998
 
 
 

agrandir
Le chef du saint et glorieux Prophète, Précurseur et Baptiste Jean. Après la conquête de Constantinople par les croisés, cette relique est conservée depuis 1206 à Notre-Dame d'Amiens, dans le nord de la France.
14/11/1998
 
 
 

agrandir
Icône ancienne russe Jean le Précurseur l'Ange du désert (1560).
www.wco.ru
 
 
 

agrandir
Icône de saint et glorieux Prophète, Précurseur et Baptiste Jean.
 
 
 

agrandir
Basilique catholique Saint-Jean-de-Latran (Basilica di San Giovanni in Laterano) à Rome. C'est ici qu'en 1604 un morceau du chef de saint Jean fut transféré d'Amiens.
20/12/1998
 
 


Lieux saints d'Arles
 

agrandir
Arles. Cathédrale Saint-Trophime.
19/08/2003
 
 
 

agrandir
Arles. Cathédrale Saint-Trophime.
19/08/2003
 
 
 

agrandir
Arles. Reliques de saint Antoine du désert dans la cathédrale Saint-Trophime.
19/08/2003
 
 
 

agrandir
Arles. Reliques de saint Trophime.
19/08/2003
 
 
 

agrandir
Arles. Reliques de saint martyr Genès.
19/08/2003
 
 
 

agrandir
Arles. Reliques de saint Hilaire d'Arles (401-449) dans la cathédrale Saint-Trophime.
19/08/2003
 
 
 

agrandir
Arles. Reliques de saint Césaire (470-543).
19/08/2003
 
 
 

agrandir
Arles. Reliques de saint Aurélien († 551), le successeur de saint Césaire († 543).
19/08/2003
 
 
 

agrandir
Arles. Reliques de saint Virgile († 610).
19/08/2003
 
 
 

agrandir
Arles. Pilier d'angle nord-est (XIIe siècle) du cloître de la cathédrale Saint-Trophime : saints apôtres Jean l'Evangéliste, Trophime et Pierre.
19/08/2003
 
 
 

agrandir
Arles. Un des chapiteaux du cloître de la cathédrale Saint-Trophime.
19/08/2003
 
 
 

agrandir
Arles. Cathédrale Saint-Trophime, cloître et clocher.
© Hervé Champollion, photo
 
 
 

agrandir
Arles. Eglise Saint Césaire "le vieux" élevée au XIIe siècle sur lemplacement du premier monastère de religieuses crée par St Césaire vers 512, aux Aliscamps, sous le patronage de saint Jean. En 524, il fut transféré à lintérieur des murs dArles (Médiapôle Saint-Césaire). La Révolution Française ferma le monastère.
19/08/2003
 
 
 

agrandir
Les Alyscamps (Aliis Campis : Champs-Elysées).
19/08/2003
 
 
 

agrandir
Arles. L'abbaye Saint-Honorat des Alyscamps.
19/08/2003
 
 
 

agrandir
Arles. Les Alyscamps.
19/08/2003
© ,
 
 
 

agrandir
Arles. Anciennes églises St-Blaise et St-Jean de Moustiers d'ancien monastère de religieuses crée par St Césaire en 512 et transféré à lintérieur des murs dArles en 524. La Révolution Française ferma le monastère. Une découverte exceptionnelle a eu lieu près de cettes églises en novembre 2003. Des archéologues ont mis au jour les vestiges d'une des premières cathédrales du monde gaulois lors de travaux engagés pour la construction d'un pôle multimédia.
19/08/2003
 
 
 

agrandir
Arles. Novembre 2003. Des archéologues ont mis au jour les vestiges d'une des premières cathédrales paléochrétiennes des Gaules, peut-être la première de France, un édifice denviron 345 qui constitue une "découverte exceptionnelle" pour les spécialistes. Sur le site, fut édifié plus tard au VIe siècle un couvent pour des religieuses que la Révolution Française ferma.
13/11/2003
© Gérard Julien (AFP), photo
 
 
 

agrandir
Arles. Novembre 2003. Des archéologues ont mis au jour les vestiges d'une des premières cathédrales paléochrétiennes des Gaules, peut-être la première de France. Premiers sondages ont permis de mettre au jour le chœur de la cathédrale, un sol surélevé recouvert d'un pavement de marbre, un couloir circulaire au sol de mosaïques et des colonnes écroulées.
13/11/2003
Gérard Julien (AFP), photo
 
 
 

agrandir
Boucle de saint Césaire, évêque d'Arles († 543). Au centre de cette boucle sont représentés les deux soldats autour du tombeau du Christ, le Saint-Sépulcre. Arles, musée d'Arles antique.
© Michel Lacanaud, photo
 
 
 

agrandir
Bagues d'époque chrétienne en os (IVe siècle). Arles, musée d'Arles antique.
Michel Lacanaud, photo
 
 


Sept Saints-Fondateurs de Bretagne
 

agrandir
L'icône de St Samson (Samzun).
Association orthodoxe sainte Anne
 
 
 

agrandir
L'icône de St Patern (Padarn).
Association orthodoxe sainte Anne
 
 
 

agrandir
L'icône de St Corentin (Koorintin).
Association orthodoxe sainte Anne
 
 
 

agrandir
L'icône de St Pol Aurélien (Paol Aorelian).
Association orthodoxe sainte Anne
 
 
 

agrandir
L'icône de St Tugdual (Tugdwall).
Association orthodoxe sainte Anne
 
 
 

agrandir
L'icône de St Brieuc (Brieg).
Association orthodoxe sainte Anne
 
 
 

agrandir
L'icône de St Malo.
Association orthodoxe sainte Anne
 
 


La sainte Couronne d'épines
 

agrandir
La sainte Couronne d'épines conservée à la cathédrale Notre-Dame avec les morceaux de la Sainte Croix.
 
 
 

agrandir
Cathédrale Notre Dame de Paris
 
 
 

agrandir
Cathédrale Notre Dame de Paris
 
 
 

agrandir
La cathédrale Notre-Dame de Paris abrite les reliques vénérées par tous les chrétiens : la sainte Couronne d'épines et le morceau de la Sainte Croix.
 
 
 

agrandir
La cathédrale Notre-Dame de Paris. Vue depuis l'île de St Louis.
CybeVasion.com
 
 
 

agrandir
La cathédrale Notre-Dame de Paris. Vue du sud.
13/12/1998
 
 
 

agrandir
La cathédrale Notre-Dame de Paris. Vue de l'est.
13/12/1998
 
 
 

agrandir
23/08/2002
 
 
 

agrandir
23/08/2002
 
 
 

agrandir
La Sainte-Chapelle où la sainte Couronne d'épines et le morceau de la Sainte Croix étaient conservés jusqu'au moment de la transformation de la chapelle en musée.
 
 
 

agrandir
Paris. Sainte-Chapelle
 
 
 

agrandir
La Sainte-Chapelle où la sainte Couronne d'épines et le morceau de la Sainte Croix étaient conservés jusqu'au moment de la transformation de la chapelle en musée.
 
 
 

agrandir
23/08/2002
 
 
 

agrandir
23/08/2002
 
 
 

agrandir
23/08/2002
 
 


Chartres. Le voile de Notre Dame
 

agrandir
La cathédrale (XIIe siècle), vue d'avion.
La façade, ses deux flèches (106 et 115 mètres) et le croisillon nord.
Editions VALOIRE
 
 
 

agrandir
 
 
 

agrandir
CybeVasion.com
 
 
 

agrandir
Le voile de Notre Dame. Ce voile fut remis à la cathédrale de Chartres, en 876, par Charles le Chauve. La monstrance fut exé cutée par la maison Poussielgue, en 1876, pour les fêtes du millénaire.
Editions VALOIRE
 
 












ACTUALITÉS

30 Mars / 12 Avril
La liste des paroisses et monastère du Patriarcat de Moscou en France est renouvelée


RECHERCHE

dans les pages du site
dans google.fr
ECHANGE DE LIENS


 Creative Commons: Paternité- Partage des Conditions Initiales à l'Identique 3.0 1998-2009, la-france-orthodoxe.net     Rambler's Top100